Ordures à Ouagadougou : nettoyez nos quartiers

Article : Ordures à Ouagadougou : nettoyez nos quartiers
28 janvier 2016

Ordures à Ouagadougou : nettoyez nos quartiers

Ouagadougou se targue d’être l’une des villes les plus propres de l’Afrique de l’Ouest. C’est peut-être vrai pour ceux qui ont eu la chance de visiter certaines capitales de la sous-région ouest-africaine. Cela ne veut toutefois pas dire que la capitale du Burkina Faso est une ville propre. Il suffit de faire un tour de ses quartiers pour constater des tas d’ordures, entreposés de façon anarchique.

Les compagnies de ramassage d'ordures jettes les déchets à n'importe quel endroit
Les compagnies de ramassage d’ordures jettes les déchets n’importe où

Quartier Somgandé de Ouagadougou. Entre l’école de formation et de perfectionnement des travaux publics (côté Ouest) et l’Action éducative en milieu ouvert (AEMO, côté Est), se trouve un dépôt d’ordures. J’ai presque vu naître ce dépôt d’ordures car il m’arrive souvent d’emprunter la voie qui sépare les deux sites. Au départ un petit tas d’ordures négligeables, elles ont en quelques mois envahi l’espace, au point d’obstruer la route.

Pendant la saison pluvieuse, ce tas d’ordures empêchait l’eau de couler. A tel point que des retenues d’eaux se sont créées au beau milieu de la route, assez profondes pour que l’eau pénètre dans les tuyaux d’échappement des motos. Les passants étaient donc obligés, tant bien que mal, de déverser des ordures (objets lourds) dans les crevasses créées par la stagnation de l’eau afin de se frayer un passage.

Les ordures sont sources de maladies
Les ordures sont sources de maladies

Si les compagnies chargées de ramasser les ordures dans les ménages ont choisi cet espace, on se demande comment les autorités (et notamment la municipalité) ont pu laisser cet espace se transformer en dépotoir au vu et au su de tout le monde. Si c’est arrivé, c’est parce que les compagnies chargées du ramassage d’ordures n’ont pas trouvé d’autres endroits pour les jeter. S’il s’avère que les autorités burkinabè ont donné leur accord, alors ils n’ont pas eu le nez creux car cet endroit n’est clairement pas adapté. Ils doivent donc rattraper cette erreur.

En réalité, le cas cité plus haut n’est qu’un exemple dans la ville de Ouagadougou. Aux alentours du rond-point des martyrs, dans le quartier Ouaga 2000, on peut constater plusieurs tas d’ordures de ce genre. Les déchets plastiques pullulent à cet endroit. On ne se croirait pas dans un quartier huppé où vivent les hommes les plus riches du Burkina – sous-entendu, supposés avoir les moyens de gérer leur saleté.

A la future ZACA, les immeubles côtoient les dépotoirs d'ordures
A la future ZACA, les immeubles côtoient les dépotoirs d’ordures

Dans le quartier supposé être la future Zone d’Aménagement Commerciale et Administrative (ZACA), qui ressemble à une ruine malgré quelques immeubles en construction, la situation est encore pire. Pourtant, des immeubles devaient pousser à la place de ce vieux quartier détruit pour ce projet. La zone a été transformée en dépôt d’ordures de tous genres, les exemples ne manquent pas. 

Ce n’est donc pas par hasard que si le Burkina Faso, et en particulier la capitale Ouagadougou, fait partie des pays où le paludisme sévit le plus. Ces dépôts d’ordures sont sources de proliférations de moustiques et de bactéries eux-mêmes vecteurs d’autres maladies.

Si les ménages font des efforts pour avoir des poubelles et engager des compagnies de ramassage d’ordures, les autorités burkinabè doivent faire en sorte que celles-ci puissent avoir des dépotoirs. Cela s’accompagne de stations de traitement de ces déchets. Sinon, on risque d’être plus que déborder dans les années à venir.

Partagez

Commentaires