Incendies en série à Ouagadougou : Ils veulent empêcher le Président Roch de gouverner

Article : Incendies en série à Ouagadougou : Ils veulent empêcher le Président Roch de gouverner
23 janvier 2016

Incendies en série à Ouagadougou : Ils veulent empêcher le Président Roch de gouverner

Depuis le 15 janvier 2016, au lendemain des attentats contre le Cappucino, Splendid Hôtel et l’Hôtel Yibi, une série d’incendies secoue les marchés de la capitale burkinabè Ouagadougou. Si au départ, les Burkinabè ont pensé, peut-être, ils doivent se rendre à l’évidence que ces incendies enregistrés en ce laps de temps est une manière peut-être pour les anciens nostalgiques du régime de Blaise Compaoré d’empêcher le nouveau président démocratiquement élu Roch Marc Christian Kaboré de diriger ce pays.

Incendie

Il faut désormais privilégier la piste criminelle. Cette série d’incendies dans les marchés du Burkina n’est pas le fait du hasard. En moins d’une semaine, les marchés de Tanghin, de Boins Yaaré, à Gounghin et le grand marché de Bobo Dioulasso ont connu des incendies tout comme un maquis au quartier Tanghin supposé appartenir à un homme de tenu.

Ces incendies interviennent quelques jours après la nomination des membres du gouvernement par le Premier ministre du Burkina Paul Kaba Thiéba, et surtout au lendemain des attentats du vendredi 15 janvier 2016 qui ont plongé les Ouagalais et tous les Burkinabè dans la peur.

Dans la même nuit, un maquis situé au quartier Tanghin de Ouagadougou, supposé appartenir un homme de tenu partait aussi en fumée. Simple coïncidence ? Non. Tout cela ressemble à un scénario mis en place pour empêcher le nouveau Président élu Roch Marc Christian Kaboré de diriger ce pays. Beaucoup de ceux qui ont connu derniers soutiens de Blaise Compoaré rapportent bien que l’ancien Président Blaise Compaoré et ces derniers ont juré qu’il ne dirigera jamais ce pays. Alors à défaut de l’empêcher, ils ont donc décidé de l’empêcher de le faire. C’est pourquoi tout ceci ressemble à l’œuvre d’anciens nostalgiques du régime Compaoré. Ils ont mal digéré le départ du trio Roch Salif Simon surnommé les RSS pour renforcer les rangs de l’opposition lors des différentes luttes contre la modification de l’article 37 de la constitution du Burkina de l’époque. Ce qui a finalement contribué à la chute du Président Blaise Compaoré.

En incendiant les marchés, ces terroristes veulent susciter une grogne de la population contre les nouveaux dirigeants. Pour cela donc, ces terroristes, c’est ainsi qu’il faut nommer ces pyromanes, veulent semer la psychose afin d’éviter toute velléité d’investissement au Pays des Hommes Intègres.

Il y a peut-être un lien entre cette série d’incendies, l’attentat du vendredi 15 janvier 2016, l’attaque d’une patrouille de gendarmerie dans la province de l’Oudalan mais aussi l’enlèvement du couple Eliot dans la ville de Djibo le même jour de l’attentat.

Les pyromanes qui sèment la terreur ces derniers temps dans les marchés devraient bien avoir un lien avec ces mêmes personnes qui ont attaqué le camp militaire de Yimdi dans la nuit du mercredi 21 au jeudi 22 janvier 2016. Ces terroristes pensent peut-être qu’ils font du mal au RSS mais c’est aux Burkinabè qu’ils le font. De toutes les façons, ce n’est jamais de cette façon qu’ils dirigeront à nouveau le pays. Au contraire, ils risquent de susciter l’effet contraire : les Burkinabè pourraient plutôt, en solidarité avec leurs dirigeants, nourrir de la sympathie pour eux et accepter mourir pour défendre leur cause comme ce fut le cas les 30 et 31 octobre 2014 et pendant le putsch du mercredi 16 septembre 2015.

Il est vrai que ces attaques, ces incendies ainsi que d’autres braquages moins médiatisés ces derniers se déroulent en période de couvre-feu (1heures à 4 heures du matin) révèlent aussi de la défaillance au niveau des services de sécurité burkinabè. Mais ce sujet sera l’objet d’un billet.

Partagez

Commentaires