Aïd El Fitr : Après la pénitence, place à la débauche

Au Burkina, les musulmans ont fêté l’Aïd El Fitr, la fin du mois de ramadan, le 6 juin 2016. Le mois de ramadan est une période pendant laquelle les fidèles musulmans observent 30 mois de jeûn en se privant effectivement de nourriture mais aussi en multipliant les actions de bienfaisance pour obtenir les grâces de Allah. Mais après le mois de ramadan et l’Aïd El Fitr, au lieu de continuer les actions de grâce, certains musulmans retourneront à de vieilles et mauvaises habitudes.

A la place de la nation de Ouagadougou, les musulmans ont prié pour la fête de l'Aïd El Fitr

A la place de la nation de Ouagadougou, les musulmans ont prié pour la fête de l’Aïd El Fitr

Il n’est pas rare d’entendre des jeûneurs dire : « On fera telle chose après la rupture. On fera telle chose après le ramadan ou après l’Aïd ». Ce qui signifie clairement que ces derniers se donnent le droit de pêcher ou de faire tout ce qui est interdit pendant le mois de ramadan. C’est comme si c’était l’unique période pendant laquelle il était interdit de pécher. Pendant les neuf autres mois, tout est permis.

Sexe, alcool, violence. Beaucoup de jeûneurs burkinabè – faut de pouvoir les appeler véritablement musulmans – vont retourner à ces vices favoris. Si le mois de ramadan est un période de piété, de dévotion, d’adoration, elle est aussi et surtout une grande période d’hypocrisie. En effet, les mosquées sont bondées de fidèles, du coup, quelques unes sont initiées de façon occasionnelle, par endroits, pour permettre aux musulmans d’assurer les prières collectives comme le recommande le saint Coran.

Mais certains actes de bienséances sont vraiment circonstanciels dans la mesure où après la fête de l’Aïd El Fitr, beaucoup de musulmans reprennent à nouveau le chemin de la débauche. On les retrouve en faisant couler à flot l’alcool dans les maquis et bars de Ouagadougou. Ce n’est pas pour rien que des musulmans sont l’objet de raillerie de la part de leurs amis. « Les plus grands consommateurs d’alcool sont les musulmans », dit-on. Les débits de boissons connaissent de faibles affluences et la bière est beaucoup plus glacée que d’habitude.

Chez les musulmans et comme dans presque toutes les religions révélées, les relations sexuelles sont interdites avant le mariage. On pourrait se tromper pendant les onze autres mois mais pendant le mois de ramadan, il faut mieux encore faire preuve de courage pour ceux qui ne sont pas mariés afin de s’abstenir et recevoir les grâces d’Allah le Tout Puissant. Mais tout le monde tente de se rattraper après la fête de l’Aïd El Fitr et bien avant, après la rupture de jeûne le soir venu. Pourtant la fornication est plus grave encore pendant cette période. Celui qui en est coupable a manqué de considération pour les rites sacrées du mois de jeûne.

Les vulgarités, les règlements de compte, les rancœurs refoulées reprennent place après le ramadan. Et pourtant, le mois de ramadan est une porte ouverte pour le croyant qui veut se faire pardonner pour les pêchés commis et se réconcilier avec son Seigneur. C’est la période pendant laquelle le musulman doit prendre de bonnes résolutions dans la crainte de Dieu. Il doit faire preuve de dévotion. Sinon, il se trouve dans la position de celui qui décide de pécher pour aller ensuite se confesser espérant que cela suffisse à les effacer. Après le ramadan, le musulman doit être meilleur.

6 Commentaires

  1. Bel article qui décrit une situation réelle face à nos hypocrisies religieuse mais ce paragraphe me dérange : « Si le mois de ramadan est un période de piété, de dévotion, d’adoration, elle est aussi et surtout une grande période d’hypocrisie. »

    Ce n’est pas le ramadan qui est une période d’hypocrisie c’est l’homme lui même dans sa vie de tout les jours qui l’est. On le voit et le remarque partout et dans toutes les religions. J’ai envie de dire, sans canoniser les péchés que nous faisons, que c’est du fait de la faiblesse humaine que Dieu nous donne au nom de sa miséricorde un temps (le ramadan) pour nous repentir et nous consacrer à la prière. Et l’homme dans son effort de conversion essaie au mieux de se rapprocher de Dieu. *
    Bonne fête de l’Aid! Puisse Dieu exhausser vos prières!

    1. Je suis d’avis avec toi. Ce n’est la période qui est hypocrite mais les hommes eux-mêmes qui le sont. C’est vrai que nous avons des moments de faiblesse, beaucoup même. Mais pour certains, c’est comme on le dit c’est abusé. Certains se prennent pour plus malin que Dieu.

  2. « Mor pa mor bê bass ko saango » (Musulman qui n’est pas musluman n’a qu’à cesser de gaspiller l’eau avec ses ablutions ».

  3. Interpellation qui vient à point nommé dans notre dans notre monde où le sexe surtout est devenu un objet de plaisir dont on doit s’en servir à profusion

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *