Au Burkina, des cuiseurs solaires pour protéger l’environnement

Le Burkina Faso, désertique doit faire face à la coupe abusive du bois pour la cuisson en campagne notamment même si les populations urbaines ont aussi recours au bois de chauffe. Les ménages sont obligés avec la pénurie du bois et l’avancée du désert de se tourner vers le gaz. Le Burkina n’étant pas un pays producteur de pétrole, le prix du gaz revient cher pour les sont ceux qui ont des revenus moyens. Et pourtant, les Burkinabè pourraient compenser tout cela par l’utilisation des cuiseurs solaires.

Ce cuiseur solaire nommé SK14 permet une cuisson rapide

Ce cuiseur solaire nommé SK14 permet une cuisson rapide

Au quartier Somgandé, un restaurant attire la curiosité des passants. Juste à l’entrée, de grandes paraboles avec des grandes lames autour desquels sont posées des marmites forcent le regard. A l’intérieur des marmites bouillonnent de la sauce. Un jeune homme Aboubacar Nébié supervise la cuisson. Ces grandes paraboles sur lesquelles sont posées les marmites sont ce qu’on appelle les cuiseurs solaires. Aussi étonnant que cela puisse paraitre, ces cuiseurs solaires sont en train de cuir le déjeuner que les gérants de ce restaurant vont servir aux clients. Ces cuiseurs solaires remplacent ici les cuisinières à gaz, les foyers améliorés et même les foyers à trois pierres traditionnellement utilisées dans la campagne.

Le cuiseur solario est aussi efficace pour cuir de face douce les aliments

Le cuiseur solario est aussi efficace pour cuir de face douce les aliments

Il existe plusieurs types de cuiseurs solaires comme l’explique Aboubacar Nébié. Il s’agit du SK 14 en forme parabolique, le Solario en demi-cercle et le Blassing tube qui ressemble à un petit fût. Il s’agit en quelque sorte d’un four. Comment cela se passe la cuisson des aliments? Les deux premiers reflètent les rayons solaires et les concentrent sur un seul point tandis que le Blassing tube rempli d’huile permet de conserver la chaleur à haute tension. Ainsi donc, ces foyers se servent de la chaleur produite par le soleil pour cuir les aliments.

Ici, une sauce préparé avec le blassing tube

Ici, une sauce préparé avec le blassing tube

Cette technologie à plusieurs avantages. Elle permet de bien cuir les aliments sans que ceux-ci ne brûlent comme l’assure le gérant qui travaille aussi pour la compagnie qui fabrique les cuiseurs solaires. Les cuiseurs solaires ont l’avantage d’être écologique puisqu’ils ne n’utilisent ni le bois ni le gaz. Un pays pauvre comme le Burkina Faso peut tirer beaucoup d’avantage dans la vulgarisation du cuiseur solaire. Cela permettra de protéger l’environnement en limitant grandement la coupe du bois et de lutter contre la pauvreté. Car selon des études, un africain consomme entre 1 et 1,5 kg de bois, aggravant la déforestation et la désertification. La situation est assez grave au Burkina Faso.

« L’exploitation illégale du bois joue également un rôle important dans la déforestation. Et le continent Africain à une grande responsabilité dans cette dégradation puisque près d’un quart de ses exportations de bois sont présumées d’origine illégale. Au Burkina Faso, le deuxième rapport sur l’état de l’environnement au Burkina montre que le pays connait une dynamique de régression de ses superficies forestières à un rythme de 105 000 ha par an due essentiellement à la coupe abusive du bois ».

 Le défi qu’il faut relever pour rendre ces cuiseurs solaires plus adaptés aux ménages burkinabè, c’est de réduire leurs tailles. Ils occupent beaucoup d’espace. Certaines campagnes de lutte le contre le déboisement ont pris en compte la vulgarisation de ces fous solaires. Mais pour le moment, les efforts ne sont pas visibles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *