L’héritage de Thomas Sankara (audio)

Thomas Sankara a été assassiné le 15 octobre 1987. 26 ans après l’assassinat du Président Burkinabè, que reste t-il de son héritage ? Ce que retiennent ceux qui se réclament de son idéologie, ce sont les valeurs d’intégrité qu’il a voulu inculquer à son peuple. Cependant, comme vous le constaterez dans cet élément audio, les hérités de Thomas Sankara, notamment les hommes politiques, sont divisés. 

 

7 thoughts on “L’héritage de Thomas Sankara (audio)

  1. Bravo pour cet élément audio qui nous permet de revivre avec les différents intervenants ce sentiment profond d’intégrité qui nous anime ou du moins qui devrait animer tout africain. Thomas Sankara mérite en effet mieux que le spectacle désolant et risible que certains politiciens nous laissent voir au Faso. Et omme l’a si bien dit Sams K Le Jah, il y en a qui passent pour être des comédiens et des guignols. Pour éviter que ce fils digne d’Afrique ne meurt une seconde fois,comme tu l’as dit, Boukari, il est temps que les burkinabé fassent le tri entre eux dès maintenant.

  2. Je suis au coté de tous de tout ce qui se combatte contre l’impérialisme. Je milite pour une Afrique unie, prospère, émergente et indépendante. Je revendique pour une justice impartiale africaine, qui prime le droit pour tous et qui juge les coupables et les incarcère. L’ennemi du développement africain est les politiques africains eux mêmes. Car, il collabore avec le satan, l’impérialisme français. Les auteurs de la disparition de Sankara, Ali Soilihi sont les mêmes et leurs objectifs sont les même. Nous devons se souder et et se combattre contre les monstres en moitié chacal qui tuent impunément nos espoirs, nos meilleurs jeunes présidents. Nous avons beaucoup besoin des raïs comme son excellence Sankara et Ali Soilihi le comorien assassiné le mois de mai 1978 au Comores.

  3. Je suis au coté de tout ce qui se combatte contre l’impérialisme. Je milite pour une Afrique unie, prospère, émergente et indépendante. Je revendique pour une justice impartiale africaine, qui prime le droit pour tous et qui juge les coupables et les incarcère. L’ennemi du développement africain est les politiques africains eux mêmes. Car, il collabore avec le satan, l’impérialisme français. Les auteurs de la disparition de Sankara, Ali Soilihi sont les mêmes et leurs objectifs sont les même. Nous devons se souder et se combattre contre les monstres en moitié chacal qui tuent impunément nos espoirs, nos meilleurs jeunes présidents. Nous avons beaucoup besoin des raïs comme son excellence Sankara et Ali Soilihi le comorien assassiné le mois de mai 1978 au Comores.

    1. SANKARA, il nous a marqué étant jeune lycéen, il était en avance sur son temps. On ne pouvait pas être sur la longueur d’ondes que les autres. S’il était là, rien n’allait être le désordre comme aujourd’hui. En tout encore 1000 ans pour avoir une carrure comme SANKARA. courage à SANKARA, il a été un digne fils d’Afrique, du Burkina, du monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *